amàRéno // Vers la certification de formations courtes et d’une formation longue

La certification des formations dédiées à la réhabilitation en matériaux biosourcés et géosourcés est un enjeu de premier plan pour développer massivement les compétences des acteurs du secteur du bâtiment. Porté par les Grands Ateliers et amàco, de nombreux partenaires du projet amàRéno sont engagés dans le processus de certification. A ce jour, le dépôt de certification est en cours pour quatre formations.

 

A travers la formation et la formation de formateur·rice·s, l’objectif d’amàRéno est de développer massivement les compétences en réhabilitation bio-géo-sourcée dans les actuels parcours de formation initiale et continue. En complément de l’insertion de contenus et de modules d’enseignement dans les parcours de formation existants, la question de l’accessibilité et de la visibilité des formations est centrale.

Le processus de certification consiste à inscrire ces formations aux répertoires nationaux gérés par France Compétences. Une inscription qui permet aux apprenant·e·s de financer plus facilement les formations, notamment en utilisant leur Compte Professionnel de Formation (CPF). Par ailleurs, la certification offre une sécurité dans leur parcours de formation par l’obtention d’un diplôme reconnu en fin de formation.

Le dépôt de dossiers de certification auprès de France Compétences est en cours pour quatre formations :

 

La formation longue Enduiseur·euse en terre crue

Cette formation dure en moyenne un an et forme au métier d’Enduiseur·euse en terre crue. Un dossier de certification au Registre National des Certifications Professionnelles (RNCP) est en cours. Le dossier est porté par les Grands Ateliers, amàco, la Fédération Ecoconstruire et l’AsTerre via Sylvie Wheeler et Alexandre Douline.

La formation se découpe en plusieurs blocs de compétences individuellement certifiants. Cette particularité permet par exemple à un·e plâtrier·ère de suivre un seul bloc de compétence pour se former à la spécificité de la terre crue. Toutes les dimensions auxquelles touche l’enduit en terre crue sont intégrées à la formation : thermique, confort été/hiver, adjuvants en fibres végétales, enduits épais en terre allégée, application sur murs, plafonds et sols, rendus esthétiques, etc. La notion de gestion et de rentabilité d’une entreprise spécialisée dans l’enduit en terre crue est également au programme. L’obtention de la certification est attendue pour 2026 ou 2027.

 

Enduit en terre crue réalisé lors de la formation “L’art de l’enduit en terre” en décembre 2023 conçue et encadrée par amàco aux Grands Ateliers, organisme de formation – ©amàco

 

Trois formations courtes au Répertoire Spécifique en 2025

Les formations courtes dédiées à la maîtrise d’une compétence spécifique et s’adressant à divers métiers sont déposées au Registre Spécifique (RS). Trois formations courtes existantes sont en cours de certification :

  • Construire en terre crue aujourd’hui : portée par amàco et Les Grands Ateliers ;
  • Rénovation thermique en matériaux bio-géo-sourcés : portée par amàco, l’Asder et les Grands Ateliers ;
  • Ingénierie des matériaux et des structures en terre crue : portée par l’ENSAG-UGA, CRAterre, les Grands Ateliers et amàco.

 

Un processus de certification long

Le processus de certification est un travail de longue haleine. Il nécessite entre un et deux ans de démarches auprès de France Compétences. Les formations doivent répondre aux exigences de France Compétences pour être certifiées. Des études sont actuellement menées afin de démontrer les besoins et les attentes du secteur du bâtiment sur ces compétences. Une fois les référentiels de compétences et les contenus des formations validés, chaque formation doit être testée auprès de deux cohortes pour finaliser les dossiers d’inscription aux répertoires nationaux. De premières cohortes sont d’ores et déjà programmées en 2024 pour les formations courtes.