Prototypes de murs en BTC ornementés pour améliorer le confort thermique du bâtiment

 

Le projet “Ornement et performance de la terre” a été désigné parmi les 12 lauréats de l’appel à projets FAIRE 2021. Proposé par l’Atelier Aïno en partenariat avec amàco, Franck Boutté Consultants et Cycle Terre, ce projet vise à démontrer si une texture en relief à la surface de Blocs de Terre Comprimée (BTC) et la manière de maçonner ces matériaux géosourcés peuvent démultiplier les qualités naturelles de la terre crue, et constituer ainsi une réponse écologique à la rénovation thermique des bâtiments. Partenaire du projet, amàco travaille aux côtés de l’Atelier Aïno comme appui technique essentiel : design des BTC, réalisation des moules des blocs, expérimentation puis fabrication des blocs de terre crue.

 

La raréfaction des ressources, la recherche de frugalité et d’économie mènent parfois le concepteur à créer des ambiances épurées, brutes ou standardisées. L’ornement peut-il contribuer aux performances hygrothermiques du matériau terre crue et retrouver ainsi une place dans l’architecture contemporaine, mais aussi au sein du patrimoine existant ? C’est ce que le projet “Ornement et performance de la terre”, lauréat de l’appel à projets FAIRE 2021, compte démontrer.

Au sud de l’Algérie, on dit des enduits traditionnels fouettés à la branche que leurs micro-reliefs créent de l’ombre et rafraîchissent ainsi la surface du mur et du bâtiment. Sur ce principe, Atelier Aino, Franck Boutté Consultats, amàco et Cycle Terre cherchent comment la texture à la surface de Blocs de Terre Comprimée (BTC) peut amplifier les qualités naturelles de la terre comme l’inertie thermique, la régulation hygrothermique ou la tactilité du matériau.

 

Trois murs prototypes en Bloc de Terre Comprimée (BTC) fabriqués puis analysés

crédit : dessins de l’Atelier Aïno

Pour vérifier si un travail sur la surface des BTC et un appareillage spécifique de ces dernières ont un impact positif sur le confort intérieur été comme hiver, l’équipe procède à deux études :

  • une comparaison simple entre un mur en béton et un mur en BTC simple.
  • une comparaison de plusieurs configurations de BTC avec modifications du motif de chaque brique et de l’agencement des briques entre elles.

Pour mener cette analyse, amàco et l’atelier Aïno fabriquent trois murets prototypes en BTC à partir des terres fournies par Cycle Terre, selon les 3 hypothèses suivantes :

  • augmentation de l’inertie thermique, en haussant le volume des blocs de terre crue par des motifs en surépaisseur avec un appareillage massif ;
  • amélioration de la régulation hygrothermique, en démultipliant la surface des BTC et en créant un appareillage ajouré en vue d’accroître les zones d’échanges avec l’air ;
  • valorisation de l’aspect tactile de la terre, en travaillant des textures et reliefs sensibles, mis en lumière par une maçonnerie enveloppante.

 

 

La méthode de recherche par le “faire”

Ce projet de recherche s’effectue dans une démarche itérative entre design, production des prototypes et quantification des performances. Atelier Aïno développe le dessin des blocs et des appareillages, appuyé par l’expertise technique du bureau d’études terre d’amàco. Fabriqués par l’atelier Aïno et amàco à partir de la terre préparée par CycleTerre, les prototypes sont issus d’une expérimentation in situ des textures et des appareillages préalablement dessinés. Les ingénieurs de Franck Boutté Consultants, par une approche calculatoire, quantifient si ces BTC ornementés et appareillés spécifiquement présentent un intérêt pour le confort hygrothermique (régulation et déphasage).

 

Publication des résultats et exposition des prototypes dès mai 2022

Dans une visée démonstrative et pédagogique, les murets prototypes en BTC ornementés seront exposés à la Biennale d’Architecture et du Paysage de Versailles, puis dans les locaux de Cycle Terre, notamment dans leur futur centre de formation. La démarche de recherche sera valorisée par une publication expliquant les hypothèses et résultats des études thermiques et environnementales, avec un carnet de bord du processus de design.

La méthode de ce projet est celle de l’expérimentation. Elle privilégie la dépense en « matière grise » plutôt qu’en solutions technologiques pour développer un argumentaire visant à massifier l’utilisation des terres d’excavation dans la construction, et ainsi proposer des alternatives biosourcées et géosourcés face au tout béton.

 

 


Acteurs du projet de recherche: Atelier Aïno (porteur), amàco, Franck Boutté Consultants
Partenaire : Les Grands Ateliers
Dans le cadre de : FAIRE PARIS 2021, programme de recherche et d’expérimentation lancé par le Pavillon de l’Arsenal avec le soutien de la Ville de Paris, la Caisse des Dépôts, EDF et MINI.
Période : 2022
Origine des terres : issues du chantier du Grand Paris / préparées et fournies par Cycle Terre